Station météo

Les expériences menées au four solaire de Mont-Louis puis à Odeillo ont montré qu'une exploitation précise des résultats nécessitait la connaissance du rayonnement solaire. Pour cela, successivement, les deux sites se sont dotés de divers capteurs météorologiques tels que pyranomètres ou pyrhéliomètres.

En 1969 on assiste à la naissance d'une réelle station météorologique au four solaire d'Odeillo. En 1971, elle devient la troisième station de France par l'importance de ses installations de mesures du rayonnement solaire.

Au fil des années, le nombre d'appareils augmente avec l'acquisition de divers capteurs tels que pyrgéomètres, radiomètres, anémomètres, pluviomètres, etc...

En 1980, le laboratoire signe une convention avec Météo-France en vue l'homogénéiser les données avec celles de la Météorologie Nationale sur le rayonnement solaire.

Une campagne de rénovation et de recentrage des activités de la station est menée en Juin 1996 ; elle a pour but d'intégrer la gestion informatique, automatique et permet ainsi l'amélioration de la qualité et de l'archivage des données de mesures.