25 janv. 2018

Sujet de stage Recherche Master 2/INGENIEUR


L’hybridation Photovoltaïque (PV)/Thermodynamique (CSP) est aujourd’hui perçue comme une stratégie prometteuse afin de bénéficier simultanément 1) du faible coût et de l’efficacité de conversion élevée des systèmes PV 2) de la capacité de stockage thermique, et donc de la possibilité de produire de l’électricité tout au long de la journée, inhérente aux systèmes CSP. La possibilité d’utiliser et de convertir la chaleur haute température en l’absence de soleil (passage nuageux ou période nocturne) conduit à une augmentation significative du facteur de charge du système comparativement aux systèmes PV conventionnels.

Le développement de tels systèmes requiert la combinaison de températures de fonctionnement élevées (afin de garantir une exploitation efficace de la chaleur) et des facteurs de concentration solaires importants (afin de minimiser l’effet négatif de la température sur les performances des cellules PV). A ce jour, la combinaison de telles conditions opératoires demeure largement inexplorée.

Cette stratégie d’hybridation, qui repose sur l’utilisation de cellules solaires « haute température» soulève un grand nombre de problématiques scientifiques et de verrous technologiques: Comment les performances de cellules solaires sont-elles affectées dans des conditions opératoires aussi extrêmes ? Comment les cellules devraient-elles être conçues afin de fonctionner de manière optimale ? Quels matériaux privilégier ? Des cellules solaires soumises à des conditions extrêmes en termes de température de fonctionnement et d’illumination subissent-elles un vieillissement accéléré ?

Ce travail de stage sera donc principalement dédié à la caractérisation expérimentale de cellules solaires en conditions extrêmes d’illumination et de température. Dans cet objectif, le (la) stagiaire contribuera à la mise au point d’un dispositif expérimental (actuellement en cours de réalisation) permettant le test de cellules solaires en conditions contrôlées de température et d’illumination, puis procédera à la caractérisation de cellules photovoltaïques III-V simples et multi-jonctions sur une large plage de températures et de concentrations. Ce travail nécessite des compétences en physique du solide et en conversion photovoltaïque, ainsi qu’un intérêt pour la réalisation de travaux expérimentaux. Il sera réalisé au laboratoire PROMES-CNRS (www.promes.cnrs.fr), sur le site d’Odeillo (Pyrénées-Orientales).


Durée : 5 mois à compter de mars 2018

Encadrants :

Alexis Vossier - Chargé de Recherche CNRS. Tel : 04 68 30 77 52 email:

Alain Dollet – Directeur de Recherche CNRS. Tel : 04 68 68 22 12 email:

Joya Zeitouny – Doctorante. Tel : 04 68 30 77 27 email: