Catégories
Actualités Emplois

Offre de Stage : Génération directe de vapeur des lignes solaires de la centrale de Llo : modélisation thermohydraulique des écoulements diphasiques dans le tube absorbeur.

Introduction

La société SUNCNIM – filiale du Groupe CNIM – développe et fournit des technologies solaires à concentration, pour la génération d’électricité ou de chaleur. SUNCNIM est lauréat en 2012 d’un appel d’offres de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) lui permettant de développer sa technologie de concentration solaire à échelle industrielle. La société inaugure en 2019 à Llo dans les Pyrénées-Orientales une centrale solaire thermodynamique reposant sur des collecteurs solaires linéaires Fresnel à génération directe de vapeur et équipé d’un système de stockage d’énergie.

De nos jours, la plupart des centrales en opération se basent sur des cycles thermodynamiques de Rankine ou de Hirn pour convertir l’énergie thermique des champs solaires en énergie électrique. Ainsi, la vapeur d’eau est le fluide de travail classiquement utilisé dans les centrales à concentration, cette vapeur est, pour la plupart des installations, produite dans des échangeurs de chaleur. Ces échangeurs sont alimentés par un fluide caloporteur (huile, sel fondu – circuit primaire) provenant des champs solaires et transfèrent de l’énergie thermique au fluide de travail (eau – circuit secondaire) afin de générer de la vapeur d’eau et alimenter le cycle thermodynamique (Figure 1-a). Une autre approche moins répandue est de considérer un seul circuit où la génération de vapeur est réalisée dans les lignes solaires (Figure 1-b). Ce choix technologique, retenu par SUNCNIM pour leurs collecteurs solaires, a l’avantage de réduire les coûts d’installation par la simplification des circuits hydrauliques et le prix du fluide caloporteur. Ainsi, cette configuration est principalement mise en œuvre dans des collecteurs solaires linéaires Fresnel qui affichent le même objectif de réduction des coûts.

Figure 1 : Schéma bloc d’une centrale solaire (a) composée de deux circuit et (b) à génération directe de vapeur

Dans le cadre d’une thèse CIFRE au laboratoire PROMES et en collaboration avec SUNCNIM, une modélisation de la centrale de Llo est en cours de développement. L’objectif étant d’optimiser les stratégies opératoires de la centrale et notamment la gestion du stockage. Ce modèle est décomposé en trois principales études : une modélisation optique des collecteurs solaires sur Tonatiuh, une modélisation thermohydraulique de l’écoulement diphasique au sein du tube absorbeur sur Matlab et enfin la construction du modèle global sur APROS – un logiciel de modélisation et de simulation de centrales électriques. La Figure 2 présente la structure du modèle à développer et les résultats de chaque étude seront ensuite utilisés comme données d’entrée de la modélisation suivante.

Figure 2 – Structure du modèle à développer

Objectif

Le stage sera consacré au développement du modèle thermohydraulique dans le but de caractériser l’écoulement diphasique dans le tube absorbeur du récepteur solaire. Fasquelle [1], durant sa thèse, a réalisé un modèle thermohydraulique sur Matlab pour caractériser le concentrateur cylindro-parabolique Microsol-R à Odeillo. Le but sera d’utiliser ses travaux afin d’adapter le modèle aux lignes solaires de la centrale de Llo en intégrant notamment la génération directe de vapeur. Les résultats de simulations, couplées au modèle optique, permettront de déterminer la performance des lignes solaires de la centrale de Llo. Ce modèle sera validé expérimentalement grâce aux données de la centrale solaire de Llo. Pour cela le stagiaire sera amené à rédiger un protocole d’expérimentation et devra le mettre en œuvre avec les exploitants de la centrale. Enfin, après validation, les résultats de ce modèle seront utilisés comme données d’entrée pour le modèle global.

Programme de recherche

  • Identification et analyse des mécanismes physiques mis en jeu à travers une étude bibliographique.
  • Modélisation thermohydraulique de l’écoulement diphasique avec l’outil Matlab.
  • Validation du modèle par les données de la centrale.
  • Références

[1]        T. FASQUELLE, Q. FALCOZ, and P. NEVEU, “Modélisation et caractérisation expérimentale d’une boucle solaire cylindro-parabolique intégrant un stockage de type thermocline,” 2018.

Ce travail fera l’objet d’une publication scientifique

Profil du candidat

Niveau BAC+5 (Master ou Ingénieur). Le candidat devra avoir une solide formation en mécanique des fluides et/ou en énergétique. Un attrait pour l’informatique et la modélisation est nécessaire compte tenu du caractère numérique de l’étude. Une bonne connaissance de l’outil Matlab sera appréciée.

Lieu de stage

Laboratoire PROMES – Site d’Odeillo. Des déplacements réguliers sont prévus sur le site de la centrale à Llo.

Candidature

Les lettres de candidature devront être accompagnées d’un CV et adressées à

Doctorant : Edouard MONTANET : ,

Directeur de thèse : Sylvain RODAT : ,

Co-directeur de thèse : Quentin FALCOZ : ,

Responsable de site : Florent LECAT : ,

Responsable d’exploitation : Fabien ROGET : .

Catégories
Actualités Emplois

Offre de Stage : Simulation CFD et Optimisation d’un Réacteur Hybride de Gazéification Solaire

Niveau : Formation BAC+5 (Master ou Ingénieur)

Lieu d’accueil : Laboratoire CNRS-PROMES, Odeillo Font-Romeu (66120)

Durée de travail : Temps plein (5 jours/semaine), sur une durée de 6 mois

Démarrage : A partir de Février / Mars 2022

Gratification :  ~ 590 € par mois

Contexte

Dans le domaine des énergies solaires thermiques, la notion de stockage est devenue centrale tant la ressource est variable dans le temps et dans l’espace. De nombreux travaux sont en cours sur le stockage direct de chaleur (thermocline, sels fondus…), mais le stockage sous forme chimique est également une voie prometteuse. Ainsi, il pourrait être avantageux d’exploiter l’énergie solaire pour alimenter des procédés fortement endothermiques comme celui de la gazéification. Cela permettrait de remplacer un mode de chauffage à haute empreinte carbone (combustion de matières premières), et de stocker de manière indirecte l’énergie solaire sous la forme d’un carburant à valeur ajoutée.

Au laboratoire PROMES d’Odeillo, nous étudions un réacteur solaire pour la gazéification de biomasse. Il s’agit d’oxyder des composés carbonés à haute température, afin de produire un gaz de synthèse composé principalement de H2 et de CO. Ce gaz peut alors être valorisé par stockage et combustion, ou bien servir de matière première dans l’industrie chimique pour la synthèse de biocarburants ou d’alcools. Cependant, un procédé solaire seul n’assurera qu’une production intermittente de gaz de synthèse. Nous étudions donc une solution d’hybridation, qui consiste à déclencher une combustion in-situ (en injectant de l’oxygène) pour compenser les baisses d’ensoleillement. Cette solution a été testée expérimentalement à plusieurs reprises*, et une thèse est en cours au laboratoire pour l’optimisation du fonctionnement hybride et la création d’outils de simulation et de contrôle.

* Muroyama et al. (2018), Boujjat et al. (2020), Hathaway et al. (2021), Curcio et al. (2021)

Objectifs

Le stage que nous proposons vise à utiliser un modèle CFD, sous Fluent, pour effectuer une étude paramétrique approfondie du réacteur hybride. Il s’agira de développer un code déjà existant et de l’exploiter pour réaliser une étude de sensibilité sur différents paramètres, comme les débits d’injection de la biomasse, de l’eau et de l’oxygène. Cette étude permettra à terme :

  • De valider des cinétiques chimiques et des régimes d’écoulement ;
  • D’optimiser le fonctionnement solaire et hybride du réacteur existant ;
  • D’alimenter un modèle réduit, exploitable pour extrapoler la technologie

Programme

  • Une étude bibliographique succincte permettra de se familiariser avec les mécanismes physiques et les cinétiques chimiques en jeu.
  • Dès les premières semaines du stage, des calculs seront lancés sur le serveur du laboratoire afin de prendre en main le code existant.
  • Une série de simulations sera dédiée à la validation du modèle, par confrontation avec les résultats expérimentaux à disposition.
  • L’influence des débits de réactifs sera caractérisée sous différents flux solaires, afin de valider une stratégie d’hybridation performante.
  • Le stagiaire pourra contribuer à l’élaboration d’un modèle dynamique simplifié sur la base des résultats obtenus, et à son extrapolation à échelle industrielle.

Ce travail fera l’objet d’une publication scientifique

Profil recherché

Etudiant de niveau BAC+5, en Master ou en cursus Ingénieur, avec une spécialité en génie des procédés. Le sujet requérant une bonne maîtrise du logiciel Fluent, le stagiaire devra avoir déjà mené à bien un projet de modélisation CFD dans le cadre de ses études.

Une connaissance élémentaire de l’environnement Linux est demandée.

Enfin, des compétences en langage Python seront appréciées.

Candidature

Merci de bien vouloir adresser une lettre de motivation accompagnée d’un CV à Axel Curcio –

Catégories
Actualités Emplois

Offre de Post-doctorat : Mesure de flux et stratégie de pointage pour centrale à tour

Vous souhaitez travailler pour l’énergie solaire concentrée ? Vous avez de l’expérience avec les systèmes de contrôle et l’optique? rejoignez-nous pour un an chez PROMES-CNRS à Odeillo pour améliorer le système de visée héliostats de la centrale solaire Thémis : mesures de flux, algorithmes, systèmes de contrôle…

Date Limite Candidature : vendredi 3 décembre 2021

Postuler

Catégories
Actualités Emplois

Offre de Stage : Recyclage et purification de métaux et éléments critiques par énergie solaire concentrée

Niveau : Master 2 ou ou équivalent

Lieu : PROMES Odeillo

Encadrants : Gilles Flamant, Emmanuel Guillot

Gratification : ~600€/mois

Présentation du sujet :

Le solaire concentration permet d’obtenir des températures comprises entre 500 et 2500°C, domaine parfaitement adapté à la synthèse de matériaux. Cette dernière application a été largement explorée depuis de nombreuses années en particulier pour l’obtention de nanomatériaux tels que ZrO2, Al2O3, fullerènes, nanotubes de carbone, etc [1,2]. Peu de travaux concernent la métallurgie et la purification de matériaux. Des essais de validation de concept ont été réalisés dans le but de purifier le silicium mais n’ont pas été poursuivis [3].

Pourtant le recyclage et la purification des matériaux constituent une niche potentielle d’application du solaire à concentration (d’ailleurs identifiée par Félix Trombe il y a des décennies) que ce stage se propose d’explorer.

Le stage sera structuré selon les phases suivantes :

  • Etude bibliographique sur les procédés de recyclage et identification des éléments présentant le potentiel le plus grand.
  • Essais préliminaires avec des matériaux modèles.
  • Dimensionnement d’une installation solaire.

Bibliographie

[1] C. Monty, “Nanopowders prepared by Solar Physical Vapor Deposition (SPVD),” Journal of New Technology and Materials, vol. 1, pp. 8–23, 2015

[2] G. Flamant, D. Luxembourg, J. Robert, and D. Laplaze, “Optimizing fullerene synthesis in a 50 kW solar reactor,” Solar Energy, vol. 77, no. 1, pp. 73–80, 2004

[3] Flamant G., Kurtcuoglu V., Murray J., Steinfeld A. Solar purification of metallurgical grade silicon. Solar Energy Materials and Solar Cells, (2006), 90, pp. 2099-2106

Contact :

Catégories
Actualités Emplois

Offre de Stage : Etude expérimentale d’un concept de récepteur solaire multitubulaire à particules fluidisées

Niveau : Master 2 ou Ecole d’ingénieurs

Lieu : PROMES Odeillo

Encadrants : Gilles Flamant, Samuel Mer, Adrien Toutant

Gratification : ~600€/mois

Présentation du sujet :

Dans le contexte énergétique actuel, le développement et l’optimisation des procédés de conversion des énergies renouvelables suscite de plus en plus d’attention. Les technologies solaires concentrés (CSP) s’inscrivent dans ces procédés propres de génération d’énergie. Cette technique consiste à concentrer les rayons du soleil à l’aide de miroirs (héliostats) sur un récepteur pour produire de la chaleur. Celle-ci est transférée par un fluide caloporteur vers un échangeur de chaleur qui transmet l’énergie à un fluide de travail couplé à un cycle thermodynamique transformant la chaleur en électricité. Le rendement de conversion du cycle augmente avec la température de la source chaude. Actuellement, les sels fondus utilisés comme fluide de transfert offrent une température de source chaude de 550°C et un rendement de conversion de 42%.

Dans ce contexte, le laboratoire PROMES développe des recherches visant à augmenter ce rendement de conversion de 42 à 50 % via l’utilisation de cycles combinés, associant une turbine à gaz avec une turbine à vapeur ou de cycles supercritiques. Le cycle amont nécessite une température de source chaude de 700 à 800°C environ ne pouvant être atteinte avec les fluides caloporteurs actuels. La solution envisagée pour atteindre ces températures est d’utiliser comme fluide caloporteur des particules fluidisées par de l’air. La faisabilité de cette technique, qui offre également une solution pour le stockage thermique massif de l’énergie, a déjà été démontrée et plusieurs projets ont permis de mettre en place une base de données expérimentales concernant les écoulements de lits fluidisés tant en conditions de température ambiante que sous irradiation solaire concentrée.

En particulier, des essais à grande échelle (40 tubes soumis au rayonnement solaire concentré) ont révélé l’existence de passages préférentiels des particules dans certains tubes qui pourraient être liés à des variations de la vitesse du gaz dues à des écarts de température. Le but du stage est de valider cette hypothèse à l’aide d’expérimentations à l’échelle laboratoire et de proposer des solutions pour éviter que le système évolue vers l’arrêt de la circulation du solide dans certains tubes et donc à leur surchauffe. Il s’agit donc d’étudier comment une perturbation imposée sur un tube se propage aux tubes adjacents.

La maquette qui sera utilisée a été construite au laboratoire PROMES (Grand Four Solaire d’Odeillo) afin d’étudier la structure des écoulements de particules fluidisées dans des tubes à forts ratios hauteur/diamètre, à température ambiante dans un premier temps. Les particules sont fluidisées dans un caisson, appelé « dispenser » qui est mis sous pression grâce à une vanne de régulation. Dans ce caisson sont immergés un ou plusieurs tubes de 3m68 de longueur, ayant chacun une injection d’air secondaire (aération) afin de faire varier la vitesse de l’air au sein des tubes et ainsi changer le régime de fluidisation et la fraction volumique des particules. La régulation du débit de particules en sortie d’un tube est réalisée grâce à la pression imposée dans le dispenser et au débit d’aération. La compréhension de la physique des écoulements dans un tube est maintenant bien acquise mais il est désormais nécessaire de comprendre le comportement du système avec 3 tubes dont l’un est soumis à une variation de débit d’aération.

Plan 3D (gauche) et schéma du principe de fonctionnement (droite) du banc expérimental

L’étudiant.e devra travailler sur les points suivants :
           

  • Etude bibliographique sur les systèmes multitubulaires,
  • Montage et instrumentation du banc expérimental avec trois tubes,
  • Réalisation d’expériences sur le banc expérimental : variation des débits de particules suite à une perturbation de la vitesse d’aération imposée au tube central.
  • Exploitation et interprétation des résultats.

Ce stage s’inscrit dans les travaux de thèse de Ronny Gueguen et de Guillaume Sahuquet.

Contact :

Catégories
Actualités Emplois

Offre de stage M2 : Réalisation de multi couches par PVD RF magnetron pour application à la photocatalyse solaire

Dans le cas d’une application de traitement des eaux, les catalyseurs ne sont capables d’exploiter que la part UV du spectre solaire qui ne représente que 5 – 7% de la part globale, contre 50 % par exemple pour le domaine visible. Actuellement les performances photocatalytiques des semiconducteurs élaborés en laboratoire ou dans l’industrie sont insuffisantes (moins de 1 photon sur 100 donne lieu à la création d’un radical utile pour initier la minéralisation des polluants) et rendent quasi rédhibitoire tout développement à grande échelle du concept de traitement par photocatalyse. Ces performances dépendent de plusieurs paramètres. Le rendement optique du catalyseur est une grandeur clef qui exprime le rapport entre le taux de charges photo-générées et le nombre de photons reçus. Pour les photocatalyseurs, ce rendement est donc un indicateur pertinent des performances potentielles du système photocatalytique puisqu’il informe sur la capacité du matériau à produire des radicaux à partir des photons disponibles et de leurs caractéristiques (densité de flux, plage spectrale etc).

Ce rendement peut théoriquement être augmenté en :

  • favorisant l’extraction de porteurs photogénérés grâce à une jonction métal/semiconducteur (Shottky) ou semiconducteur_1/semiconducteur_2 (hétérojonction).
  • amplifiant l’absorption du système sur une certaine plage spectrale grâce aux propriétés des empilements multicouches.

Le travail que nous proposons est à la fois théorique et expérimental :

  • Il s’agit d’étudier le comportement optique de multi couches à base d’empilements Au/TiO2 et ZnO/TiO2 et de réaliser par PVD RF magnetron les empilements les plus pertinents. Ces empilements devront ensuite être testés en photocatalyse. 

Travail à effectuer

  • Etude théorique d’empilement Au/TiO2 et ZnO/TiO2,
  • Conditions de dépôts de TiO2  et  de ZnO cristallins
  • Dépôt de TiO2 et/ou de ZnO sur du verre par PVD RF magnétron
  • Dépôt d’empilement Au/TiO2 et ZnO/TiO2
  • Tests des échantillons

Profil adéquat

Le candidat devra afficher des compétences en physique du solide et des compétences pluridisciplinaires en métrologie et en matériaux. Un goût pour le travail expérimental et des acquis en modélisation sont requis.

Contacts:

Arnaud Perona

Laurent Thomas

Catégories
Actualités Emplois

Offre de Post-doctorat : Développement d’un système de gestion de l’énergie fondé sur la théorie de la commande prédictive destiné aux bâtiments publics

Contexte

Le projet IMPROVEMENT (Integration of combined cooling, heating and power microgrids in zero-energy public buildings under high power quality and continuity of service requirements) est lauréat du troisième appel à projets Interreg Sudoe (https://tinyurl.com/ya5vrtyp). Le projet est coordonné par le CNH2 (Centro Nacional del Hidrógeno), situé à Puertollano, en Espagne, et implique, entre autres laboratoires de recherche et partenaires institutionnels, le laboratoire PROMES-CNRS (une unité propre de recherche du CNRS conventionnée avec l’UPVD).

Les missions confiées à l’ingénieur-e de recherche portent sur le développement d’un système avancé de gestion de l’énergie (ou BEMS, pour building energy management system) destiné aux bâtiments publics faisant face à des charges critiques pour la gestion prédictive de l’énergie thermique et du confort thermique des usagers. Le BEMS sera fondé sur une structure de commande prédictive (ou structure MPC, pour model-based predictive control) hiérarchisée à deux niveaux. La structure MPC de niveau bas définira les consignes des systèmes de CVC (chauffage, ventilation et climatisation) et pilotera le confort thermique des usagers. Les prédictions de la consommation énergétique seront transmises à la structure MPC de niveau haut pour la gestion du système de stockage thermique, conformément aux besoins des usagers en matière de chauffage et de climatisation, et pour le stockage des surcharges du micro-réseau électrique, par la transformation de l’énergie électrique en énergie thermique. En retour, la structure MPC de niveau haut transmettra au micro-réseau sa prévision de consommation électrique. Deux bâtiments pilotes, l’un à Lisbonne au Portugal (laboratoire LNEG), l’autre à Puertollano en Espagne (laboratoire CNH2), permettront la mise en œuvre du système de gestion de l’énergie développé.

La mise en œuvre de la stratégie décrite ci-avant requiert des prévisions, à horizon de temps infra-journalier, de grandeurs (présence des usagers, ensoleillement, température extérieure, etc.) influant sur la dynamique du système. Des algorithmes pour la prévision de séries temporelles – les outils de l’apprentissage automatique/profond seront mis à profit – seront développés par l’ingénieur-e de recherche.

Objectif

L’objectif du projet est le développement d’outils pour la conversion de bâtiments publics faisant face à des charges critiques en bâtiments à très basse consommation énergétique par l’intégration de micro-réseaux pour la génération combinée de chaud, de froid et d’électricité. Ces micro-réseaux sont équipés de systèmes de stockage hybrides et devront contribuer à la continuité des services. Plus précisément, IMPROVEMENT vise à :

  • améliorer l’efficacité thermique des bâtiments publics par la production de chaud et de froid par voie solaire et l’intégration de solutions techniques actives et passives ;
  • améliorer la qualité et la fiabilité de l’alimentation électrique par le développement d’un système de gestion des micro-réseaux résilient aux pannes ;
  • maximiser la consommation d’énergie renouvelable par l’intégration d’un système avancé de gestion de l’énergie, exploitant les systèmes de stockage hybrides équipant les micro-réseaux.

Deux bâtiments pilotes, l’un à Lisbonne au Portugal (laboratoire LNEG), l’autre à Puertollano en Espagne (laboratoire CNH2), permettront la mise en œuvre du système avancé de gestion de l’énergie. Le premier bâtiment est équipé d’une pompe à chaleur géothermique et d’une pompe à chaleur classique ainsi que de systèmes de stockage hydrothermiques qui, par ailleurs, échangent de l’énergie thermique avec les systèmes de production et de consommation d’hydrogène du micro-réseau, le tout alimentant les systèmes de CVC (chauffage, ventilation et climatisation) et d’eau chaude sanitaire du bâtiment. Le deuxième bâtiment est équipé de collecteurs solaires thermiques, de collecteurs thermo-photovoltaïques (PVT), de pompes à chaleur et d’un système de stockage hydrothermique, le tout alimentant les systèmes de CVC et d’eau chaude sanitaire.

Compétences

  • Contrôle/commande avancé (commande prédictive)
  • Intelligence artificielle (apprentissage automatique/profond)
  • Modélisation et identification des systèmes
  • Optimisation mathématique
  • Energétique du bâtiment

Savoir-faire

  • Programmation scientifique (Matlab/Tomlab)
  • Développement d’algorithmes pour la gestion énergétique des bâtiments et du confort thermique
  • Développement d’algorithmes pour la prévision des séries temporelles

Savoir-être

  • Autonomie
  • Prise d’initiative
  • Esprit d’équipe

Contacts PROMES-CNRS

  • Stéphane Grieu, Professeur des Universités, PROMES-CNRS,
  • Julien Eynard, Maître de Conférences, PROMES-CNRS,
  • Stéphane Thil, Maître de Conférences, PROMES-CNRS,

Conditions de recrutement

  • Diplôme : doctorat en sciences de l’ingénieur
  • Contrat : ingénieur de recherche
  • Durée : 16 mois à temps plein
  • Prise de fonction au : 01/12/2021
  • Lieu de travail : PROMES-CNRS, rambla de la Thermodynamique, Tecnosud, 66100 Perpignan
  • Rémunération : environ 2200 € (net mensuel)

Catégories
Actualités Emplois

Appel à candidature à un post-doctorat à PROMES


Appel à candidature à un post-doctorat à PROMES

Le laboratoire PROMES est une Unité Propre de Recherche du CNRS rattachée à l’Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes (INSIS) qui développe des recherches dans le domaine du solaire et, en particulier, du solaire à concentration. Il dispose d’installations solaires de recherche uniques au monde en termes de facteur de concentration et de puissance.
La mission de PROMES est de contribuer à la lutte contre le changement climatique en proposant des nouvelles solutions de conversion et d’utilisation de l’énergie solaire. Les domaines d’applications concernés sont : la production de chaleur, de froid, d’eau douce, d’électricité ou de combustibles renouvelables, ainsi que les matériaux associés. La problématique du stockage de l’énergie solaire est centrale dans ces applications.
  
Thèmes proposés
Les candidatures dans les domaines suivants seront examinées :
1.     Systèmes de conversion d’énergie solaire concentrée en vecteurs énergétiques
2.     Matériaux par et pour les hautes températures
3.     Stockage à haute température
Les sciences de base concernées sont nombreuses, on peut citer, la physique des nano-objets, les transferts par rayonnement (thermique), la dynamique des fluides en situation anisotherme, la thermochimie, les plasmas, la science des matériaux…
  
Candidature
Dans le but de développer des nouveaux projets de recherche dans les thèmes précédents, PROMES soutiendra des projets originaux de candidat.es à un post-doctorat de 12 mois (la durée peut être inférieure).
Les projets devront intégrer un volet de mise en œuvre des installations à concentration du site d’Odeillo-Font Romeu ou une étroite collaboration avec les expérimentateurs et expérimentatrices.
Les candidat.es seront sélectionné.es par le Conseil Scientifique du laboratoire en deux étapes, sur dossier puis sur audition.


  
Contact 
Françoise Bataille, Directrice du laboratoire PROMES
francoise.bataille_at_promes.cnrs.fr

Catégories
Actualités Emplois

Appel à candidature à un poste de Chercheur.e au CNRS – Section 10

Appel à candidature à un poste de Chercheur au CNRS – Section 10 –

Le laboratoire PROMES est une Unité Propre de Recherche du CNRS rattachée à l’Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes (INSIS) qui développe des recherches dans le domaine du solaire et, en particulier, du solaire à concentration. Il dispose d’installations solaires de recherche uniques au monde en termes de facteur de concentration et de puissance.
La mission de PROMES est de contribuer à la lutte contre le changement climatique en proposant des nouvelles solutions de conversion et d’utilisation de l’énergie solaire. Les domaines d’applications concernés sont : la production de chaleur, de froid, d’eau douce, d’électricité ou de combustibles renouvelables, ainsi que les matériaux associés. La problématique du stockage de l’énergie solaire est centrale dans ces applications.
  
– Thèmes proposés
Les candidatures dans les domaines suivants seront examinées :
1.     Systèmes de conversion d’énergie solaire concentrée en vecteurs énergétiques
2.     Matériaux par et pour les hautes températures
3.     Stockage à haute température
Les sciences de base concernées sont nombreuses, on peut citer, la physique des nano-objets, les transferts par rayonnement (thermique), la dynamique des fluides en situation anisotherme, la thermochimie, les plasmas, la science des matériaux…
  
Candidature
Dans le but de développer de nouveaux projets de recherche dans les thèmes précédents, PROMES soutiendra des projets originaux issus de candidat.es motivé.es par les objectifs du laboratoire.
Les projets devront intégrer un volet de mise en œuvre des installations à concentration du site d’Odeillo-Font Romeu ou une étroite collaboration avec les expérimentateurs et expérimentatrices.
Les projets sélectionnés seront proposés pour candidater au concours organisé au plan national par le CNRS annuellement (dépôt des dossiers en début d’année).
 
Contact 
Françoise Bataille, Directrice du laboratoire PROMES
francoise.bataille_at_promes.cnrs.fr